Revenu et situation de trésorerie des exploitations bovines laitières, Elevage



Ces derniers, souvent à leur niveau le plus haut de la décennie, masquent une forte disparité entre élevages et entre systèmes (les exploitations du Massif central qui ont subi deux années consécutives de sécheresse restent à des niveaux très bas). Les années de crise encore récentes et les forts investissements réalisés dans les élevages génèrent des situations financières difficiles pour une grande proportion de producteurs laitiers.

Pour la plupart des systèmes laitiers de plaine analysés, le revenu 2019 est parmi les plus  favorables de la dernière décennie. Par rapport à 2018, on peut parler de stabilité, non pas que rien n’est bougé d’une année à l’autre mais plutôt que les évolutions des produits et des  charges se sont neutralisées en terme de revenu.

La légère augmentation des chiffres d’affaires grâce principalement à des livraisons en hausse et un prix du lait qui gagne quelques euros a été annihilée par la progression quasi-équivalente de l’ensemble des postes de charges.  L’exception vient des systèmes bio de plaine et ceux des montagnes et piémonts du Sud, pénalisés par une deuxième année consécutive de sécheresse.

Retrouvez dans le document complet la synthèse des travaux réalisés :
Les estimations de revenus pour l’année 2019 dans les Réseaux d’élevage INOSYS, les
résultats de l’observatoire de la situation financière
l’indicateur de marge MILC et les indicateurs technico-économiques de performance des exploitations laitières.



Source link